Savine Dosda / photographer
  Works / Books // Prints / Teaching

 

About

Born in 1974 in Les Abymes, Guadeloupe (French West Indies).
Lives and works in Paris.

Education
2018: (in progress) Second year of a Master's degree in Fine Arts - University Paris 8.
1995 - 2000: Degree in Photography and photographic researches, passed with distinction at École Nationale Supérieure des Arts Visuels LA CAMBRE, Brussels.
1997: MA in Fine Arts, passed with honors at University of Strasbourg.
1992: Maths and Sciences Baccalaureate, passed with distinction, Les Abymes (Guadeloupe).

Artistic statement
_French version below

I don’t try to show things the way they are; I can’t claim such objectivity or knowledge. And I don’t take photographs to remember things, as I’m more interested in creating than collecting. I work like an author, by photographing things the way I wish they were, or the way I would like them to be seen.
I proceed in two phases. First, I photograph as instinctively and precisely as possible what I feel when something inside me is provoked or awakened by the things I encounter, no matter what they might be. It’s a form of control or a way to achieve autonomy. The whole process forges a screen that both conceals and discloses my own perception. My pictures are scenic in nature, as we understand this term in theater, but they are neither reframed nor retouched. They are rarely staged, but if they are, this is not obvious. I find it interesting to use photography within a particular documentary aesthetic (transparency and clarity, no retouching and no distortion of the subject, leaving the negative’s black border, etc.) when developing a subjective, or even fictive proposition, because people are in general not inclined to question its objectivity or truthfulness. It’s like taking a picture of a mirage and thus providing proof of its reality, although of course it’s a mere product of one’s imagination.
Second, I edit and assemble the photographs, once taken, into series consisting of several dozen pictures. This shooting and editing process is circular and can take a long time, sometimes several years: it’s the slow elucidation of a question by a process of fastening intuitions, fixing and fixating, eliminating, concentrating, structuring and formalizing. In its final shape, my work becomes either a book or a specific hanging of the pictures for an exhibition space. I design this hanging as a wall layout.
Beyond the photographic pretexts or the stories that give birth to my series, the issues I’m concerned about are identity and invisibility.
In my work’s current evolution, writing plays an increasingly important role. At first it was only used as an inspiration – its presence concealed from the public – or in the titles. Now it becomes a literary form that runs through my work: series get structured by chapters, turn into serials cut in several episodes, published with a text that becomes more and more independent from the images.
Whereas in the beginning my artistic process produced utterly nonverbal works, it currently includes an asserted expression, a claim that challenges the discreet and propitious silence of the photographs.
Download Savine Dosda's resume (PDF, French).

Démarche artistique

Je ne cherche pas à montrer les choses telles qu’elles sont : je ne peux pas prétendre avoir une telle objectivité ou une telle connaissance. Et je ne prends pas de photos pour me souvenir des choses, car je suis plus intéressée par la création que la collection. Je travaille comme un auteur, en photographiant les choses telles que je voudrais qu’elles soient, ou qu’elles soient vues.
Je travaille en deux temps. Premièrement, je cadre le plus instinctivement et le précisément possible ce que je ressens lorsque quelque chose en moi est provoqué ou réveillé par ce que je rencontre, peu importe de quoi il s’agit. C’est une forme de contrôle ou de prise d’autonomie. Le tout forge un écran qui cache et révèle ma perception. Il y a quelque chose de l’ordre du tableau dans mes photographies, au sens dramaturgique du terme, mais elles ne sont ni recadrées, ni retouchées. Elles sont rarement mises en scènes, mais si c’est le cas, ce n’est pas perceptible. Je trouve intéressant d’utiliser la photographie avec une certaine esthétique documentaire (transparence et netteté, absence de retouche ou de déformation du sujet, présence du bord du négatif, etc.) pour construire une proposition subjective, voire fictive, car on a moins l’habitude d’en suspecter l’objectivité ou la véracité. C’est comme photographier un mirage et apporter ainsi la preuve qu’il existe, alors qu’il s’agit du produit de son imagination.
Dans le second temps, je choisis et je monte les photographies réalisées au sein de séries de plusieurs dizaines d’images. Ce travail est fait d’allers et retours, et peut prendre plusieurs années : c’est la lente élucidation d’une question qui procède par fixation, élimination, concentration, articulation et formalisation. Les formes finales de mes séries sont soit le livre, soit un accrochage qui est une mise en page des murs du lieu d’exposition.
Au-delà des prétextes photographiques ou des récits qui animent mes séries, les questions qui me travaillent sont celles de l’identité et de l’invisibilité.
Dans l’évolution actuelle de mon travail, l’écriture prend une place de plus en plus importante. Utilisée d’abord seulement comme inspiration invisible au spectateur, ou dans les titres, elle devient une forme littéraire qui imprègne mon travail : les séries se structurent en chapitres, deviennent des feuilletons découpés en épisodes qui sont publiés avec un texte qui prend de plus en plus d’autonomie par rapport aux images. D’une démarche d’auteur produisant des propositions intégralement non-verbales, mon travail intègre actuellement l’affirmation d’un dit qui vient mettre en question le silence discret et propice des photographies.
Télécharger le CV de Savine Dosda au format PDF.

Self-paparazzi   Self-paparazzi
     
Self-paparazzi   Self-paparazzi

Self-paparazzi (2003)


Some pictures of shows and events

December 2016 : Collective show "Grande Vento" at ex-Asilo Filangieri- Naples, Italy.

Pictures of the opening, 12/27/2016 - photos du vernissage le 27 décembre 2016.

Affiche de L'école du regard Affiche de L'école du regard
Affiche de L'école du regard Affiche de L'école du regard

April 2013 : Solo show and film projection at Médiathèque des cités Unies - Savigny-le-Temple.

Expo à Savigny le Temple

Expo à Savigny le Temple

Expo à Savigny le Temple

Expo à Savigny le Temple

Photos : JC Potard.

May 2011 : Collective show with
C'est la mer seule qui fait l'île at Grande halle de la Villette - Paris

Rue créole Mer seule l'éden

Rue créole Rue créole
     

Rue créole

Mai 2010 : Solo show (auto)biographies at Espace Icare, Issy les Moulineaux

Festival Itinerrance2009

Photos du vernissage
Photos : JC Potard.

June 2009
: Collective show with Festical Itinerrance - Les Voûtes, Paris

Festival Itinerrance2009

salle

photo de l'expo